vendredi 27 mai 2011

Sans doute

L'arrachement insoutenable revenait presque toutes les nuits. Quatre heures du matin, effaré de voir la vivacité des douleurs somnambules. Quelquechose s'amusait à égorger l'oubli et à le dénerver à vif. La peine l'anéantissait, et le laissait là, humilié par l'absence. La douleur inversait l'existence.
La nuit n'était plus, l'exécution avait eu lieu, et la chambre lui rendait son sommeil. La lâcheté transforme souvent ce qu'on te propose en offrande que tu t'obliges d'accepter. Un chien n'a pas le sens du sacrifice, ils ne sont pas encore à réinitialiser les hommes.
Il lui fallait maintenant une force plus puissante pour se lever. De la force comme levier de courage dont il avait besoin. Tu ne t'arraches pas comme ça d'une stupeur découragée quand elle se lie à l'éclatant retour du sommeil sur insomnie.
Ses contemplations déshabillées devenaient les chemins d'un labyrinthe de plus en plus opaques et collants, l'envie de dormir le guidait puis soufflait sa torche. Il finissait par se retrouver trop loin des bords, piège parfait. Du sur-mesure.
Il fallait qu'il prenne le train. Il devait partir. Tu sais qu'il y aura là-bas les maisons qui revivent ; en figure de début, en anecdote de parcours. Ces maisons qui offrent une image isolée qu'il faut prendre soin de recoudre dans le courant des choses. Il devait retrouver l'histoire.
La lumière du jour était là. Il était encore très tôt dans la matinée mais il aurait pû tout aussi bien être midi. Des couches de nuages épais sales prenaient toute la place du regard. Aucune clarté, pas de respiration. A travers la fenêtre de la chambre, il ne voyait qu'un immense blanc d'oeil malade en défaillance hépatique et, posée sous cette cloche vitreuse, la campagne à parcourir comme une simple feuille de papier. Une vallée plate, amère dimension. Ca ne prenait aucune place, et ne s'imposait pas.

Depuis quand cela avait-il commencé. Qu'est-ce qui meurt toujours en premier pour se retrouver à être le dernier à ne pouvoir mourir.
On n'y survivra pas, justement parce-qu'on le peut.